Nos Abeilles melliféres sont menacées, ce que nous pouvons faire pour elles.

Dans cet article j' attire votre attention sur les menaces qui pésent sur  nos abeilles depuis une trentaine d' années dans nos pays industialisés ,et particuliérement en France. Les causes sont multiples et générées par  l' activité humaine,  et notamment l' utilisation massive des pesticides dans  l' agriculture intensive, domestique,   mais aussi par le manque  de diversité florale lié à la perte  des habitats naturels ( comme nous  elles ont besoin de repas équilibrés à défaut elles subissent des carences).   Mais il y a aussi  des parasites et pathogénes exogènes arrivés depuis peu sur notre térritoire,  l' un des plus redoutable est le varroa entre autres.

Il y a aussi à cause  des méthodes de production intensive du miel, la nécessité pour l' agroalimentaire d' avoir sélectionné des races plus productives mais plus  fragiles, et qui nécéssitent des médicaments! les essaims sauvages restants s' en trouvent donc affectés génétiquement, et les reines vierges ne sont pas  trop regardantes sur la qualité des faux bourdons       

le bilan est trés inquiétant  car les populations et notamment la reine pouvaient vivre et pondre de 4 à 6 ans sans probléme ,mais à présent lorsque la reine pond 1 ans à 2 ans maxi ,c est le bout du monde.Elle dépérit donc rapidement.

Alors l' Apneb à eu l' idée de faire quelque chose à son humble niveau,           mais ne dit on pas que les petits ruisseaux font les grandes riviéres.

Nous pensons que la sauvegarde  de la biodiverssité, proviendra de gestes de la base de la société, et que des petites actions individuelles  à l' échelle du citoyen serait une des meilleures solutions.

Alors voilà, l' année derniére une de mes charmantes clientes à fait abattre des vieux peupliers, et certains tronçons étaient partiellement creux, ils sont rares  de nos jours ,et dans un premier lieu je lui ai demandé si elle pouvait me les donner pour en faire  des nichoirs à oiseaux. Et trés gentiment me les a donné.

Et puis nous avons pensé aprés coup aux abeilles , car depuis des centaines de milliers d' années elles affectionnent  les arbres creux pour fonder leurs colonies,     l' arbre  leur offre un abri, de la sécurité puisque c' est en hauteur, le bois est isolant pour les grands froids  .

Voici donc clichés par clichés la construction d' une ruche semi- naturelle qui pourrait accueillir un essaim suite à un essaimage .

Bien sur la vocation de cet abri ne consiste pas à récolter du miel, mais de tenter de maintenir une espéce en souffrance  chez soi.

Voici le tronçon partiellement creux. Nous avons conçu une gouge avec un tuyau de chauffage affuté avec une disqueuse.

Cet outil permet d'agrandir le trou , il faut placer une palette dessous pour éviter d' abimer le tranchant. ATTENTION cette manoeuvre est dangereuse.

  

Vous remarquerez que la belle épaisseur de bois constitue une excellente isolation thermique